Contrat d’assurance-vie diversifiée

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2022

Sommaire

 

La diversification d’un contrat d’assurance-vie consiste à déplacer une partie de l’épargne placée sur des fonds en euros vers des supports financiers plus rentables, mais aussi plus risqués. Cette possibilité est réservée aux contrats multisupports.

Fonds en euros diversifiés, fonds profilés prudents, fonds à promesse, unité de comptes (UC) de toute nature, etc. : les assureurs multiplient les promesses de performance plus élevée grâce à cette diversification financière.

Pour qu’il soit effectivement payant, l’investissement doit être programmé sur le long terme.

Contrat d’assurance-vie diversifié : principes

Si investir 100 % de son épargne sur un fonds en euros est un gage de sécurité, leur rendement moyen pâtit de la baisse des taux et n'a pas dépassé 1,5 à 1,7 % en 2017.

Pour dégager davantage de rentabilité, les assureurs proposent aux assurés d’optimiser le couple rendement/risque de leur contrat en investissant sur les marchés financiers. En l’espace de 5 ans, la part des unités de compte (UC) est passée à plus de 20 % de la collecte. La réforme fiscale liée au plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte) attendue en 2018 devrait renforcer cette tendance.

Lire l'article Ooreka

Options de placement principales

Disposer d’un contrat multisupport comprenant un ou plusieurs fonds en euros et des UC permet de constituer un portefeuille diversifié dans un cadre fiscal avantageux de l'assurance-vie.

Fonds profilés prudents

Diversifiés, ces fonds sont investis dans une proportion d’actions variable, ce qui conditionne leur exposition aux marchés. L’épargne du souscripteur est gérée en fonction de couple rendement/risque déterminé initialement. On trouve généralement 3 profils : prudent, dynamique et offensif. La performance de ces fonds est difficile à comparer, car les profils varient d’un assureur à l’autre. Elle doit être estimée sur 5 ans et comparée à celle des fonds en euros sur la même durée pour savoir si le jeu vaut la chandelle.

Fonds patrimoniaux

Ce sont des fonds à géométrie variable.

  • Si les marchés sont haussiers, leur portefeuille peut monter jusqu’à 50 % d’actions.
  • Si les indices flanchent, ils peuvent vendre la totalité de leur poche actions pour se tourner vers des actifs plus sûrs : titres monétaires, obligations, etc.

Fonds à promesse

Souvent critiqués, ces fonds comportent une garantie sur le capital, mais seulement au terme d’une période de 5 à 8 ans. Selon les formules, ils offrent une protection  en cas de baisse des indices, mais  elle est limitée (par exemple à 25 % du capital investi). Il y a donc un risque de perte sur l’investissement initial.

Diversification personnalisée

Réservée aux investisseurs actifs, cette solution a été promue par les courtiers en ligne. Pour placer son épargne, l’investisseur a le choix entre un fonds en euros et des UC. Il répartit sa mise entre les 2 compartiments dans la proportion qu’il souhaite, cette allocation étant modifiable en permanence via des arbitrages (souvent payants). La rentabilité du contrat dépend dépend de celle des UC, soustraction faire des frais prélevés par l'assureur.

SCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) permettent d’investir sur de l’immobilier d’entreprise (immeubles de bureaux, commerces, etc.) et servent des loyers qui sont capitalisés. Les SCPI ont délivré un rendement moyen de 4 à 5 % durant ces dernières années, dont environ 4,4 % (bruts) en 2017.

Lire l'article Ooreka
Assurance-vie

Assurance-vie : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur la souscription et le fonctionnement du contrat
Télécharger Mon Guide

Ces pros peuvent vous aider